Lettre ouverte à Mr Yves LETERME, du Dr Jacques Grosjean I

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lettre ouverte à Mr Yves LETERME, du Dr Jacques Grosjean I

Message  Tchouf le Dim 27 Aoû - 19:41

Bruxelles, le 18 août 2006.

Mon pauvre Ami,
Faut-il que vous soyez mal dans votre peau et douloureusement en panne d’inspiration politique - un tant soit peu élevée - pour n’avoir rien trouvé d’autre à confier à ce grand quotidien français.
Ou bien (mais je n’ose y croire) serait-ce parce que votre clientèle électorale flamande ne peut définitivement s’abreuver que de ce genre de discours étriqué ?
Vos conseillers en communication baignent-ils à ce point dans la platitude ?
Vous ne me ferez pas croire, en effet, que tout cela vous aurait échappé par hasard, ou que le journaliste français aurait mal interprété vos paroles. L’entretien a eu lieu aux alentours du 20 juillet et le texte a dûment été communiqué à votre cabinet, avant publication. Il n’y a donc pas lieu d’invoquer une quelconque « incompréhension » malencontreuse ou alors … ce serait chez vous et chez les vôtres qu’on aurait pas tout à fait saisi le texte en français de ce journaliste ? Impensable !
Vous avez donc délibérément choisi de faire publier vos états d’âme - depuis l’étranger et en plein mois d’août. Quel courage !
Vous savez, quand on se sent « bien dans ses bottes », on n’a jamais besoin d’être injurieux ou méprisant. On laisse ça pour les bagarres de bistrot.
Votre bonne éducation devrait vous avoir appris tout cela.
Évidemment, vous avez probablement lu Machiavel et donc, les manières de faire qu’il a bien voulu enseigner à son Seigneur de l’époque.
« Pour bien maintenir son pouvoir sur le peuple, une des choses que le « Prince » doit rigoureusement appliquer consiste en ceci : désigner à son peuple un ennemi commun. »
Exactement comme le président Bush (my God !) le fait avec son « axe du mal », ou encore comme l’extrémisme islamique le fait avec son « axe du mal » à lui !
Petit roitelet d’un petit peuple qui se cherche, vous essayez donc d’appliquer les recettes des Grands, mais vous ne trouvez rien d’autre à colporter que du mépris, de la pseudo-condescendance … et des mensonges. [Pour ce dernier point, lisez plus loin. Nous allons d’abord patauger un peu dans le folklore.]
Vingt-quatre heures après la publication de vos dires, j’apprends qu’on aurait précisé que - contrairement au ressenti général - vous n’avez en aucune façon songé à être insultant, mais que vous avez à peine « voulu taquiner les francophones. »
Bien joué ! De cette manière, non seulement « les francophones ne sont pas en état intellectuel d’apprendre le néerlandais » mais, en plus, ils sont carrément cons car ils n’ont même pas compris que c’était juste une « blague ».
Puisqu’il ne peut s’agir - entre nous - que d’aimables « taquineries », je sens que je vais vous en servir quelques-unes.
Entendons-nous bien, ce ne sont pas des insultes.
Rien que des taquineries.
1° - Ne pas apprendre le néerlandais est une chose qui relève du bon sens et même d’une certaine intelligence factuelle. Je m’explique. [Nous parlerons de gentillesse un autre jour.]
S’il est un bon gestionnaire de ses intérêts propres, et avec les possibilités qui sont offertes par le monde actuel, tout qui a fait quelques études sait pertinemment bien que le flamand ne sert strictement à rien.
En termes de « rendement » (et Dieu sait si les Flamands ont la réputation d’être attentifs à cette notion … !) au niveau philosophique, scientifique, commercial ou international, l’apprentissage du flamand est un véritable nutteloos kruisweg qui ne débouche jamais sur le moindre avantage.
Tous les grands personnages flamands, - ceux qui pourraient avoir eu une certaine « aura » au-delà du bassin de l’Escaut - n’ont pas eu leur renommée parce qu’ils parlaient flamand - mais bien au contraire parce qu’ils parlaient en outre l’anglais, l’allemand, le français … ou l’arabe.
Si quelqu’un veut jouer un certain rôle à l’ONU ou encore, aller négocier un jour du pétrole en Iran, son parler flamand natal il peut le mettre au fond de sa poche avec son scapulaire par-dessus.
Je me rappelle avoir suivi (c’était encore la BRT !) une rencontre émouvante, entre une délégation catalane (nationaliste aussi) et une délégation flamande - au sommet de la tour de l’Yser (sic). Avec un sentimentalisme déchirant (de part et d’autre), ces deux groupes évoquaient leurs aspirations réciproques vers l’indépendance de leur « peuple » … évidemment en français.
Je suis moi-même humaniste, chimiste, médecin et homéopathe. J’ai en outre passé 28 de ma vie professionnelle à soigner et à écouter des patients héroïnomanes.
Jamais - mais alors là, au grand jamais ! - je n’ai trouvé quelque avantage à connaître le flamand, dès lors qu’il s’agissait - comme le fait la Flandre - de considérer mes centres d’intérêt et mes obligations professionnelles.
J’ai - par contre - soigné pendant de longues années (et dans leur langue, par empathie) des flamands toxicomanes qui ne trouvaient aucune aide possible du côté de leur bon « peuple ».
Ni en chimie, ni en médecine, ni en physiologie, ni en thérapie, je n’ai eu besoin une seule minute de connaître le flamand. Esquinter son cortex à apprendre cette langue n’a donc rien de promotionnel, dès lors que l’on a une certaine prétention intellectuelle ou internationale.
Et vous tous, Flamands, l’avez très bien compris. Si vous êtes (en général) plus souvent polyglottes que certains autres, ne venez pas me dire que c’est par philanthropie ! C’est tout simplement par intérêt « vital ».
Cher Ministre, je vous rappelle que nous restons dans la taquinerie ! N’est-il pas ?
Je vous préciserai cependant que, si vous désirez rencontrer de bons ( !) bilingues, je vous convie à vous présenter dans un bureau de Poste à Bruxelles. Essayez de vous y entretenir en français avec l’un des membres (bilingues) du nombreux personnel flamand. Vous savez : tous ces braves gens qui débarquent au matin depuis vos lointaines provinces - pour servir les 10,5% de néerlandophones de la Capitale.
Vous constaterez que vous avez largement oublié de nous envoyer vos meilleurs échantillons. Mais il est vrai aussi que cela arrange bien les statistiques du chômage pour Moeder Vlanderen.
2° - Le flamand n’est pas une langue : c’est un ramassis circonstanciel de mauvais français, mal prononcé et mal orthographié. Je m’explique.
Pendant toutes mes humanités, j’ai été obligé d’apprendre le néerlandais au collège, à raison de 5 heures par semaines. Je ne regrette rien à ce niveau-là.
Mais pendant ce temps-là, tous les jeunes Français, Anglais, Allemands, Italiens … apprenaient : les mathématiques, l’histoire, la géographie, l’économie politique ou … que sais-je encore.
Et mes compatriotes flamands (dont vous, sans doute, cher Ami) apprenaient une langue, eux. C’est probablement pour cela que, bon an mal an, ils ont en général fait de meilleures « carrières » que nous, pauvres francophones. Cinq heures par semaine (pendant 6 ans !) à apprendre un truc inutile !! Vous imaginez le handicap professionnel par après.
Mais j’ai fait tout cela de mon mieux, comme un vrai boy-scout.
L’ennui c’est que j’ai été berné. En effet, la langue sur laquelle on m’a fait suer à l’époque n’est plus parlée - même par vous. Pour éviter des examens de passage (fin août, vous vous rappelez … ?) et pour passer à l’année supérieure, j’ai donc bien appris toute une série de choses qui - à strictement parlé - n’étaient pas dégueulasses. L’ennui c’est que plus personne actuellement ne les utilise. Et donc, pour me faire plier aux lois de 1932, on m’a forcé à apprendre une langue « morte ».
Je vais vous montrer.
Je vais mettre à gauche ce qu’on m’a appris ; je mettrai à droite ce que vous imposez au monde, actuellement.
Geschenk un cadeau, un présent KADO !
Herstelling une réparation REPARATIE !
Wijsbegeerte philosophie FILOSOFIE !
Mededeling communication à .. COMUNICATIE !
Meewerken collaborer COLABOREREN
…..
Et le reste est à l’avenant ….
Autres petits exemples qui viennent en direct de vos radios ou télévisions flamandes : (sic !)
- … en dat moet absoluut gesanctioneerd worden
- … in de publieke opinie …
- … vlaamse politici kunnen niet accepteren …
- … de profane répertoire van de italiaanse Renaissance …
- … is nu geïnterpréteerd door …
- … in observatie te blijven …
- … felicitéren…
- … in de galerij van de étapen winners…
- … hebben elf médailles gehad… (prononcez “médaï-yes”)
- … mensen te répatriéren …
- … transparente …
- … geannuleert …
- … gedemonstreerd … tegen de terreur …
- … gecongratuleerd …
Et tout cela n’est rien d’autre que du vécu, scrupuleusement saisi sur le vif quand j’écoute vos nouvelles du monde.
Mais le fleuron revient cependant à cette communication que j’ai reçue (en tant que médecin) du ministère de la Santé Publique, à propos de certaines conditions pour l’obtention de vaccins.
On m’écrivait de la « Interministerielle Conferentie » avec ce chef d’œuvre :
“ …. evolutie naar persisterende neurovegetatieve status of minimaal reponsieve status……”
Voilà les salades idiotes auxquelles je me trouve confronté, après avoir bousiller des millions de mes neurones à apprendre une langue morte.
Si c’est pour en arriver à « ça », autant se défoncer à apprendre par cœur tous les résultats de football de 7ème division provinciale !
Ou à apprendre l’arabe … qui risque de bien me servir un jour, lui.
avatar
Tchouf

Nombre de messages : 57
Localisation : Bruxelles 1030
Date d'inscription : 17/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://frankwuyts.is.dreaming.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum