V. THE AY's DREAM « Et puis lutter toujours » (1974- 2001)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

V. THE AY's DREAM « Et puis lutter toujours » (1974- 2001)

Message  Quichotte le Mer 13 Sep - 12:01

Mars 1974. J’ai donc trouvé du boulot ! Désormais, je travaille dans le « Tax and Legal Department » (!) du bureau ARTHUR YOUNG AND COMPANY !!

Ce qu’il y a de chouette, c’est que le bureau est situé à 5 minutes de mon logement. Cela me permet de rentrer à l’heure du midi et de faire une petite sieste bien utile lorsque la veille je suis allé dormir un peu tard !

Dans la même pièce que moi, il y a Raymond, Robert et André, mes nouveaux collègues. Avec des prénoms pareils, c’est déjà en soi tout un programme ! Raymond et Robert sont un peu plus âgés que moi, ils habitent Liège. André doit avoir 40 ans, il est de Bruxelles.
Raymond a un peu le style du vieux garçon, il est assez rigide, va à la messe tous les dimanches et durant ses loisirs, il fait la comptabilité de la fabrique d’église de son quartier !
Robert est divorcé. Il vit seul avec sa mère. Lui, c’est au football qu’il va tous les dimanches. Il se révèlera être plutôt facho et assez paresseux. Il sera d’ailleurs viré dans les années 90. Un jour, il racontera qu’il faisait partie d’un staff d’hommes dans une agence matrimoniale pour jouer le rôle de faux prétendants. Cela lui permettait de se taper gratos de pauvres femmes qui cherchaient l’âme sœur !
André, c’est la gentillesse même. Souvent déprimé, il explique tous les mercredis soirs que si on ne le voit pas arriver le lendemain matin, c’est qu’il aura gagné à la Loterie ! Le jeudi matin, il a toujours été présent ! Il mourra 2 ans après avoir pris sa pré pension. Je l’aimais bien. J’ai presque tout appris avec lui.

Le « chef » qui m’a engagé, s’appelle Christian. Il est fort sympa, mais un peu grande gueule, un peu «Moi je». Ses initiales sont CMG, le M étant l’initiale de Michel, son deuxième prénom. J’apprends qu’ici on met deux prénoms, c’est pour faire américain ! Je n’ai jamais indiqué MGV, mais tout naturellement MVM. Il y a aussi le « Partner » du département, EDL. Un gros massif, d’éducation protestante.
Dans la pièce où je travaille, de hautes parois en bois ont été installées. Elles nous séparent les uns des autres. Il y a juste deux parois devant mon nez, si bien que je ne peux pas recevoir la lumière de la fenêtre. Alors, je les écarte légèrement, mais chaque fois que le gros massif passe, il remet les parois en place, rien que pour montrer son autorité. Je le déteste déjà.

Au début, je suis tellement peu sûr de moi que chaque fois que je dois passer un coup de téléphone, je prépare d’abord sur papier les phrases que je vais devoir dire. Par ailleurs, lorsque le téléphone sonne, chaque fois, une solide angoisse monte en moi !
Question travail, tout est urgent. Tout. Sans cesse, je sens une sorte de pression.

Pour un peu oublier cet univers, je pars à l’étranger chaque fois que je peux. La fuite, le dépaysement : La Grèce, la Tunisie,…Je retourne en Algérie pour le voyage éclair d’une semaine en 1976. Je découvre aussi le Portugal juste après la « Révolution des œillets ».
Passer onze mois à travailler pour ne profiter que de quelques semaines de vacances…
A chaque retour, j’entends : «Alors, tu as passé de bonnes vacances ? Tu es bien reposé pour reprendre le boulot ?» C’est cela ! Les vacances, cela sert à se reposer pour être encore plus productif au retour !

Un jour, je suis envoyé suivre un séminaire en France, à Vittel. Le cadre est très beau. Le Grand Hôtel des Thermes est entouré d’un superbe parc. Il est géré par le Club Méditerranée (!). La bouffe y est excellente. Malheureusement le sujet de ce séminaire ne me concerne pas du tout pour le type de travail que je fais habituellement. De plus, je n’y connais rien et n’y comprends rien du tout. Les instructeurs sont américains.
Mais qu’est-ce que je fous là ? Le soir, mes collègues passent leur temps à faire des exercices, à résoudre des problèmes qu’ils doivent présenter le lendemain matin. Je décide de ne pas les faire, j’en suis d’ailleurs tout à fait incapable ! Absurdité. Je vais donc voir les spectacles du Club Med!

De nouveaux jeunes collègues sont engagés, je sympathise avec certains d’entre eux. Il y aura Patrick, Géralde, Béatriz,…et bien d’autres.

Pourtant, au fil du temps, l’ambiance, la manière de travailler, la mentalité, les clients me deviennent régulièrement insupportables. Chaque fois, je fais une crise de ras le bol. Ensuite, pour me calmer, je m’empêche de réfléchir et cela va mieux, tout peut recommencer.

Régulièrement, je suis écoeuré lorsque je vois les montants exorbitants des rémunérations que certains de ces cadres étrangers peuvent gagner ici, surtout les américains. C’est honteux, indécent et révoltant. D’autant plus, quand je me rappelle de cette pauvreté en Algérie. Me souvenir de certains élèves qui, en hiver, arrivaient le matin en classe, les pieds nus, avec des « tongs » pour seules chaussures et qui, à midi, n’avaient pour seul repas qu’une baguette de pain et de l’eau du robinet….

Un jour, le gouvernement belge veut réduire les gros avantages fiscaux accordés aux cadres étrangers. La réaction de certaines multinationales US ne se fait pas attendre. En menaçant de fermer leurs filiales belges, elles exigent du gouvernement qu’il maintienne ce régime de faveur. Ce qu’il fit…

Je commence à ne plus trouver de sens à cette vie. « Perdre sa vie…à la gagner ! ». Je ne vais quand même pas passer toute mon existence dans des dossiers qui ne m’intéressent pratiquement pas. Cela fait déjà quatre ans. Quand je compare avec tout ce que je pouvais
«vivre» en Algérie… Quelle vie médiocre !
Quatre années que je suis déjà là, dans cette boîte ! Il me faut absolument trouver quelque chose de passionnant à vivre. Mais quoi ?

Mes activités théâtrales ne me suffisent plus. Je veux une vie plus intense, je veux avoir le sentiment de servir à quelque chose, je veux ressentir plus de plaisir.

Après des mois et des mois de réflexion, un jour, c’est le flash ! On est le 1ier mai 1978 :
« J’ai envie d’ouvrir un lieu de spectacles qui serait aussi un lieu de rencontres ».

Je parle de mon envie avec Christian, mon chef direct. Il trouve l’idée fort sympathique.
Mais c’est fort beau cela, il faut néanmoins continuer à gagner sa croûte. Comment faire ? Car travailler tous les jours de 8 h et demi du matin jusqu’à 5 h et demi du soir et tenir en même temps un petit lieu de spectacles, cela paraît assez difficile. Comme il est plutôt compréhensif, après discussion, il est heureusement d’accord pour que je réduise mes heures de travail d’un quart. Super. Merci Christian ! J’ai trouvé le compromis idéal !
Deux ans plus tard, je parviendrai même à réduire mes heures de moitié, ce qui n’est pas habituel dans ce genre de boîte.
avatar
Quichotte

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 18/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Commentaires d’une ancienne secrétaire

Message  Michel Van Muylem le Sam 2 Déc - 16:35

Les commentaires d’une ancienne secrétaire qui avait fait l’objet de harcèlement moral :

« Bravo pour tant de précision dans le souvenir, surtout pour la partie algérienne, quelle expérience de vie extraordinaire, qui t'a permis si jeune de voir où sont les vraies valeurs ! J'ai trouvé tout cela très touchant, raconté avec le naturel et l'humour qui te caractérisent !
Je ne savais pas (ou ne me souvenais pas) que tu avais enseigné l'anglais en Algérie ! Faut le faire ! Mais après cela atterrir chez Arthur Young ...
C'est fou comme on a pu être conditionné par son entourage ou famille ou autres "qui vous veulent du bien " en vous suggérant / proposant un travail qui "apporte la sécurité / bon salaire / réussite professionnelle" etc, etc, et on devient de bons petits soldats qui ne se posent pas (toujours la question) : que fais-je / qu'ai-je fait de ma vie ???
Heureusement il y a eu La Soupape !! (que le nom est bien porté !!) parce que 28 ans de ....Young.
J'en ai eu des frissons rétroactivement en lisant la partie qui le concerne !! Et m'y suis même reconnue ! J'ai l'impression que cela fait partie d'une autre vie et pourtant certaines craintes "rétroactives" sont encore présentes (comme la peur d'avoir une remarque si j'arrive en retard au boulot ...). Enfin pour être positive, je dirais qu'en ce qui me concerne cela m'a permis de "grandir'", mais à quel prix !! Bon maintenant j'attends la suite ....je n'ai plus rien à lire pour le moment !! Ha ha ! » B.I
avatar
Michel Van Muylem

Nombre de messages : 28
Date d'inscription : 17/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur http://www.lasoupape.be

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum