8. Hist Soupape : Années 2000 (ma Boîte - le Théâtre)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

8. Hist Soupape : Années 2000 (ma Boîte - le Théâtre)

Message  Quichotte le Lun 29 Jan - 13:23

Les années 2000 (8ème épisode) :

MA BOITE - UNE REVOLUTION ? - LE THEATRE

Mars 2000. Que le temps passe : Cela fait déjà 26 ans que je travaille dans ma boîte américaine et bientôt 25 ans que la Soupape est ouverte !

MA BOITE

Depuis cette fusion entre les sociétés Arthur Young et Ernst & Whinney en 1990, pour devenir ERNST & YOUNG, un des nouveaux Big Boss, un certain JAN, éprouve une sorte d’aversion contre moi. Et je la lui rends bien. Lorsque nous nous croisons dans un couloir, il m’ignore. Moi aussi. A plusieurs reprises, il essaye de me mettre au pas. Il ne supporte pas que quelqu’un soit un peu marginal et ne soit pas conforme à son troupeau de moutons. Il est aussi contre le travail à mi-temps. Un employé doit être disponible pratiquement 24h sur 24.
J’apprendrai plus tard qu’il me reprochait aussi de ne pas être assez bien habillé, alors que lui, c’est une sorte de gros porc avec un bide tellement énorme que sa chemise, trop courte, sort perpétuellement de son pantalon !!

Puis un jour, nous sommes en 1999, arrive la louve des SS ! Elle s’appelle RITA. Désormais, je dois travailler sous ses ordres. Autoritaire, elle veut tout contrôler, tout vérifier. Je dois faire mon boulot comme elle a décidé qu’il soit fait et pas autrement, si bien que je suis obligé de modifier ma manière de travailler. Sans cesse, je dois rendre compte de tout ce que je fais, comme un débutant !
Après quelques mois, je n’en peux plus. J’ai régulièrement des hausses de tension, les oreilles se bouchent. Au bord de la dépression, je décide de prendre une pause-carrière.
Vraisemblablement, j’ai fait l’objet de harcèlement moral pour me pousser à bout et ainsi provoquer mon départ, comme ce fut déjà le cas pour une secrétaire quelques années auparavant.
Après avoir goûté le plaisir de cette année sabbatique, je n’ai bien évidemment plus du tout envie de recommencer à travailler dans la boîte. Et… je n’y suis plus jamais retourné, bien qu’entre-temps la « Rita » ait été virée !

UNE REVOLUTION ?

Après le départ de chez Ernst and Young, fin 2001, je ressens comme une libération. Enfin, je suis libre, LIBRE !
Finies les contraintes de ce boulot. La PAIX !
Par ailleurs, ce départ a l’effet sur moi d’une petite révolution.
Peu à peu, je redécouvre une espèce de liberté de penser. Enfin, j’ai le temps de réfléchir, d’observer le monde, la société, tout ce qui m’entoure.
Je me rends compte aussi que, pour mieux supporter les conditions de travail, j’avais petit à petit appris à ne presque plus réfléchir à ce que je vivais, à perdre mon esprit critique. Pourtant, lorsque que je prends conscience de la société dans laquelle je vis, j’en viendrais parfois à regretter cette période où mon cerveau était en partie lobotomisé !
Lorsque j’étais abruti, j’avais l’esprit plus serein…!!
Heureux les innocents ! Heureux les bovins !

Etrange coïncidence : Les attentats du 11 septembre 2001 ont lieu pratiquement au moment où je prends ma décision de quitter ma boîte américaine…!!
Gros changements dans le monde, gros changements dans ma vie personnelle… Des changements vont se traduire également dans ma façon de gérer la Soupape.

LE THEATRE

Comme j’ai désormais plus temps, la programmation théâtrale va prendre de plus en plus de place.
Les propositions de pièces de théâtre se bousculent. Elles vont plus souvent être programmées à raison de 3 ou 4 soirées, parfois pendant une ou deux semaines. Plusieurs d’entre elles feront aussi l’objet de reprises. Certains comédiens, devenus des fidèles de la maison, proposeront régulièrement de nouveaux spectacles.

Je constate qu’il m’est plus difficile de raconter cette période relativement proche qui ne fait pas encore vraiment partie du passé. En effet, ma mémoire étant pratiquement intacte, l’oubli n’opère que peu de sélections. Je pourrais donc parler de tous les spectacles, de tous les concerts.
Comment m’y prendre pour que ce ne soit pas une énumération longue et fastidieuse ? Comment faire une sélection ? Dois-je en faire une ? Dur, dur !
Bon. Je me lance.

- En février 2000, c’est la découverte du très joli spectacle « Bric à Brac » des Tortues Enragées (Pascale Delagnes et Cristel Van der Stappen). Elles reviendront le jouer en décembre 2001.
Au mois de mai, la première de « Quel cinéma ! », un super spectacle réalisé par Martine Kivits avec d’anciens élèves des Ateliers. Il sera d’ailleurs repris plusieurs fois et joué aux Francofolies de Spa.
En juin, le spectacle inspiré de nouvelles de V. Nabokov « Au loup, au loup ! ».

- L’année 2001 débute avec la pièce d’Harold Pinter : « The dumb waiter » (Le monte plats) interprétée par les excellents Emmanuel Deconinck et Nicolas Ossowski.

Au mois de juin, le comédien OLIVIER CHARLET, qui est également auteur, débute une sorte de « carrière » à la Soupape ! Avec Victor Scheffer à la mise en scène, il vient créer son tout premier spectacle « Eclats de vie » qu’il jouera ensuite au Théâtre de la Toison d’or et au Théâtre de La Valette. Par la suite, il viendra faire ici les créations de toutes ses autres pièces : « Nous sommes vivants » en compagnie de Bernard d’Oultremont en avril 2004, une pièce qui sera reprise à la Comédie C.Volter en 2006. Suivront « J’aimerais tant…» avec Gérald Wauthia et « L’humaine comédie » avec Ronald Beurns en juin 2005. Enfin en juin 2006, il revient seul avec « Le goût des choses ».

Je m’en voudrais de ne pas citer les pièces « Adolorata » et « Charlotte, impératrice » joués en juin.

Au mois de décembre, c’est la création de deux petites pièces écrites et mises en scène par VINCENT LECUYER : « Petite âme » et « En robe » interprétées par Gwen Berrou, Christel Pedrinelli, Cloë Xhauflaire, David Leclercq et l’auteur. On retrouvera Vincent Lécuyer, plus tard, à la télé, comme présentateur de « Hep taxi » et comme acteur principal dans le film « Ultra Nova » de Bouli Lamers et…aux Ateliers Chanson en 2006 !!

Entre les fêtes, nous accueillons Alain Montoisy dans son spectacle « Ellebore » pour la nième fois, mais toujours avec autant de plaisir ! Et ce n’est sans doute pas fini !!

- Pour débuter l’année 2002, Jérôme de Warzée (le fils de l’autre !) se lance dans le seul en scène et vient créer son tout premier spectacle : « Première crise ».

Durant cette année, je découvre un auteur français que j’aimerai particulièrement, Xavier Durringer. Deux de ses pièces sont présentées :
Au mois de mars, « Chroniques de jour et de nuit » avec Cathy Grosjean, Georges Lini, Stéphane Fennochi, Frédéric Goffart et Juliette Meignan (Mise en scène: Georges Lini).
Au mois de novembre la création belge de « Bal Trap » avec Myriem Akhédiou, Gwen Berrou, Othmane Moumen et Thibeau Nève (Mise en scène : Jasmina Douieb)
Je serai très heureux lorsque j’apprendrai que cette dernière pièce pourra être reprise au Théâtre des Martyrs et au Festival de Théâtre de Spa, mais aussi lorsqu’elle remportera le prix du meilleur spectacle jeune compagnie 2003.

En avril, le Théâtre des Sources de Spa vient jouer « Autres vérités » d’après Freud avec Pascale Bonnarens, Marc De Roy, Dominique Hermans, Fred Panadero, Yves Vandezande et Philippe Francis (mise en scène de Jacques Neefs). La pièce sera reprise ici en avril 2003 et jouée au Festival de Théâtre de Spa durant l’été. Comme je fais la régie, je serai aussi de l’aventure. Il est vrai que c’est déjà une longue histoire avec ce théâtre spadois. Sa directrice, Pascale Bonnarens était venue jouer ici un petit rôle (comme moi-même) dans « La Colonie » de Marivaux en 1984 ! Après avoir émigré dans le beau pays de Spa, elle y avait fondé une troupe avec quelques amis. C’est en 97 que, pour la première fois, je vais passer une dizaine de jours à Spa pendant les représentations en plein air de la pièce « La quenouille de Barberine » de Musset. J’y prendrai un tel plaisir qu’à partir de ce moment-là j’y retournerai chaque année !

Au mois de septembre, Philippe Martin joue « Les fourmis » de Boris Vian et en octobre, je retrouve Marc De Roy et Dominique Hermans dans la pièce « Trois à deux » mis en scène par le regretté Pierre Dumaine.

Au mois de décembre 02, STEPHANIE BLANCHOUD, qui vient de sortir du Conservatoire, vient créer sa toute première pièce : « J’aurais voulu vous le dire » mise en scène par Patricia Dacosse et interprétée entre autres par Catherine Decrolier, Sébastien Moradiellos,… et elle-même. A cette occasion, elle me passe un CD de ses chansons. Après l’avoir écouter, je lui proposerai de venir les interpréter quelques mois plus tard.

- L’année 2003 débute avec la création de l’excellent spectacle : « La Tête en bas » d’après le roman de Noëlle Châtelet adapté par Xavier Mailleux. L’auteur (la sœur de Lionel Jospin !) est venue tout spécialement de Paris pour assister à la première !
La pièce est interprétée par François Pinte, Cathy Grosjean et Xavier Mailleux. Ces derniers sont deux anciens des Ateliers. Le spectacle sera repris ensuite au Théâtre de la Vie en 2004 et au Zone Urbaine Théâtre (le Z.U.T) en 2006. Il remportera le prix du meilleur spectacle jeune compagnie 2004. J’en suis fort heureux.

Autres fidèles de la Soupape, Catherine Ronvaux et Patricia Dacosse. Après être venues jouer « Les Fables de La Fontaine » en 2003, ces deux comédiennes reviendront avec deux autres spectacles les années suivantes : « Les Charlottes » de L. Lambert en octobre 2004 et « La rose aux 2 parfums » de E. Carballido en décembre 2005.

C’est avec « Outrage au public » de Peter Handke, avec notamment Catherine Kirsh, que le metteur en scène, Alex Lorette vient ici pour la première fois, en novembre 2003. Il réalisera ensuite en avril 2005 un second très bon spectacle, « Disponible » d’après Xavier Durringer, interprété par Catherine Kirsh et Cédric Juliens avec une reprise en novembre 2006 totalisant une douzaine de représentations. Ce dernier spectacle sera joué en décentralisation et notamment au Festival de Théâtre de Spa en 2006.

Après « Chroniques de jour et de nuit », Georges Lini revient créer, en cette fin d’année 2003, un très beau monologue de J.L. Bourdon « Sur la tête du Bon Dieu ».

- Durant l’année 2004, le nombre de représentations des spectacles de théâtre joués ici augmente sensiblement. Il passe de vingt en 2003 à quarante en 2004 !

L’année commence avec la création d’une pièce écrite par l’adorable comédienne Jacqueline Nicolas intitulée « Changement de pâture réjoui les veaux », interprétée par Viviane Collet, Frédéric Lepers et…Jacqueline Nicolas pour une quinzaine de représentations. On y rit beaucoup !

Le comédien, Tristan Moreau devient également, à partir de cette époque, un habitué de la maison avec d’abord « La salle des fêtes » de Philippe Minyana joué aussi par Céline De Geyter, Elsa Herroyaux et Stany Mannaert dans une mise en scène de Nathalie Stas, une autre habituée. L’année suivante le même groupe de comédiens, dans lequel Michael Parys a remplacé Stany Mannaert, viendra créer un spectacle loufoque « La petite maison dans la série ». Tristan Moreau reviendra au mois de décembre pour un récital de ses chansons accompagné aux claviers par Laurent Horgnies et en janvier 2006 pour un très chouette spectacle de cabaret 1900 avec Céline De Geyter.

A Pâques, pour une série de représentations, je retrouve la comédienne Catherine Kirsh en compagnie de Nicolas Testa pour la création de la fort bonne pièce « Hystéries » d’Alexis van Stratum que celui-ci met également en scène. Cette pièce sera reprise l’année suivante au Théâtre Marni.

ET MOI ET MOI ET MOI…?!! (suite et fin)

Cela fait maintenant 6 années que je ne suis plus monté sur scène. Le fait d’assister à tous ces spectacles me redonne envie. Mais comme je suis trop paresseux pour me lancer dans une toute nouvelle aventure, je reviens avec mon cheval de bataille : « Don Quichotte ». « Tu ne sais pas faire autre chose ? », me demande-t-on ? Et bien, non ! Comme une bonne partie de l’équipe n’a plus envie de faire une xième reprise, j’écris une nouvelle adaptation, cette fois pour deux personnages. Mais dans cette adaptation, je peux personnellement me projeter : L’histoire d’un homme vieillissant qui vit avec le souvenir obsessionnel du personnage de Don Quichotte qu’il a joué dans le temps. Sa bonne va l’inciter et l’aider à interpréter le rôle, peut-être pour la dernière fois.... !
A six mois d’intervalle, deux versions différentes sont représentées, totalisant un dizaine de représentations, toutes deux accompagnées par Renaud Ziegler au piano. Dans la première, c’est Jacqueline Nicolas qui interprète le rôle d’Aldonza, dans la seconde, c’est la comédienne Murielle Piette - Ferrer.
A cause d’un trac aussi paralysant qu’inexplicable, je n’ai pris malheureusement qu’un plaisir mitigé à jouer et ce malgré un fort bon accueil (voir plus loin).

Après la seconde série de représentations de Don Quichotte, l’année 2005 se poursuit avec un très beau spectacle : « Confession de femmes » par Catherine Nowack et Adèle Cooken (mise en scène : Michel Wrigth) suivi en avril d’une comédie de Josiane Balasko
« Bunny’s Bar » avec notamment Didier Colfs, Gaëlle Swan,…(mise en scène : Virginie Hocq)

Au mois d’octobre, un Evénement ! Le fabuleux Hervé Guerresi crée ici « L’histoire du tigre et autres histoires » de Dario Fo dans une mise en scène d’un vieil habitué, le mime Jean Louis Danvoye. Un tout tout grand moment ! Ce spectacle sera repris en avril 2006 avant d’être programmé à la Samaritaine et dans plusieurs Centres Culturels ainsi qu’au Festival de Théâtre de Spa. Il sera enfin à l’affiche en 2007 pendant deux mois au Théâtre Le Public !! Cela me fait particulièrement plaisir qu’un spectacle, après avoir été répété puis créé à la Soupape, puisse faire ensuite une aussi belle carrière !

En novembre, après leur spectacle « Etat des lieux » joué l’année précédente, les comédiens Grégoire Baldari et Mychael Parys reviennent pour créer la pièce de Xavier Percy « Au bout du désert » (mise en scène : Jacques Neefs et l’auteur). Elle sera reprise au Festival de Théâtre de Spa en 2006.

En février 2006, création de « Trois heures du mat » de F. Panadero et au mois de mai, de l’excellent spectacle : « Le récit d’un jeune médecin » de M. Boulgakov interprété par Dominique Rongvaux et mis en scène par A. Von Sivers, un spectacle repris en février 07.
L’année 2006 se termine par « La raffle du Vel d’hiv » et par deux pièces de Vaclav Havel « Audience » et « Pétition » avec Laurent Verrellen et Didier De Crane (mise en scène : Benoît Verhaert).

Dans le prochain épisode, je parlerai de la programmation en Chanson, de la Biennale de la Chanson ainsi que des nombreux nouveaux chanteurs qui ont fait, ces dernières années, leurs débuts à la Soupape.


Dernière édition par le Ven 16 Fév - 11:46, édité 1 fois
avatar
Quichotte

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 18/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Commentaires sur Don Quichotte

Message  Quichotte le Ven 16 Fév - 11:44

- "Ayant vécu à la Soupape, toutes les versions du Don Quichotte... à vélo, je peux témoigner que cette dernière mouture était d’un grand cru ! D’abord, par la qualité d’interprétation de chacun d’entre vous et une complicité évidente et sensible, ensuite par ce juste équilibre entre un humour décalé et revigorant et une émotion tangible à fleur de peau qui fait briller les yeux un peu trop fort.... Comment dire, c’est comme si après voir vu ce spectacle on se sentait un peu meilleur, plus humain...
Pour ce moment partagé, fort, précieux et touchant, chaleureux merci à vous trois (sans oublier les regards extérieurs) ! À vous revoir..." (Marianne H.)

- "Un jeu retenu et touchant, un récit et un spectacle cohérent" (Alex L.)

- "Vous m'avez fait pleurer" (Grégoire B.)

- "Je garde encore le souvenir de tout ce que tu nous as donné en Don Quichotte" (Dom. I)

- Merci pour ce beau moment plein d'émotion et de sincérité. (Philippe D.)

- "Tu nous a donné un moment de pur bonheur, d'émotions intenses... Ton interprétation n'en était pas une...pas de composition...tu ETAIS ce Don Quichotte tellement touchant ! J'ai redécouvert complètement le personnage, et beaucoup de choses sont apparues comme tellement plus claires, tellement plus vraies ! un simple exemple, parmi d'autres…la chanson "sans amour"... elle m'est apparue complètement différente de la version que je connaissais...et tellement plus juste, plus profonde, plus vraie...bref, je suis pas doué pour les compliments...Mais pour résumer...C'était formidable ! Sois en éternellement remercié" (Mychael P.)

- " Nous avons revu cette nouvelle version avec autant de plaisir, d'émotion et d'admiration que les (nombreuses) années précédentes. Ton incarnation de Don Quichotte est toujours aussi convaincante et même encore meilleure selon nous. Sans doute la qualité et la chaleur de ta partenaire y étaient-elles pour quelque chose. Pour un chanteur et comédien amateur, ta performance est d'une qualité admirable." (Robert D.)
avatar
Quichotte

Nombre de messages : 73
Date d'inscription : 18/01/2006

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum